Autour de la prosopopée - Marina

Publié le par ecritureenpartage

 

Je réfléchis sans raisonner

ni beau, ni laid,

je suis muet et ne peut répondre

à la femme qui vient se mirer.

Mon tain est brillant

mais je suis sans fard,

je côtoie la jeunesse et la vieillesse

et de cette dernière, je révèle les faiblesses.

On me hait mais suis indispensable à la coquette.

Nul n'est jamais passé de l'autre côté,

du moins, personne qui ne soit revenu témoigner.

Me briser apporte le malheur, dit-on...

Qui suis-je ?

 

 

Mon cartable de prof

devant la cheminée allumée

1984 août 18 heures

temps gris et maussade

mépris

 

 

En ce jour d'août 1984, vers 18 heures, il faisait gris et maussade. Jusqu'à ce jour, la météo avait été clémente et ensoleillée comme se devait de l'être un mois d'été.

L'humidité de cette soirée nous avait conduit à faire un feu et nous étions réunis devant la cheminée allumée pour traiter par le mépris cette aberration climatique.

Le cartable de prof de papa était resté à terre dans l'entrée et témoignait, sombre présage, des bouleversements à venir dans nos projets de vacances : la rentrée scolaire.

Commenter cet article