ATELIER DU 28 SEPTEMBRE

Publié le par ecritureenpartage

  4211101808_959e2a1601.jpg


 

 

 « Je est un autre »

Créer son avatar

(son double virtuel)

 

 

 

 

 

 

En combinant les  lettres de votre prénom :

(et de votre nom, si nécessaire)

 

Ø            composer le prénom (et le nom éventuellement) de votre avatar.

 

Ø            dresser son portrait acrostiche (chaque initiale de son prénom correspond à la première lettre d’un trait physique ou moral)

 

Ø            Trouver un lieu

 

Ø            Trouver un verbe (à l’infinitif ou conjugué)

 

Ø            Choisir une époque, une année, un jour, à votre guise.

 

 

           En utilisant toutes ces données, écrire un court récit pour faire vivre ce personnage (toutes les fantaisies sont permises et/ou souhaitées !)

 

   

 

 

Lecture

 

 

commentaires

 

 

Commenter cet article

Jérôme 11/10/2011 22:42




Créer son avatar :Mère Jérycho


Joviale

Énigmatique

Responsable

Yin et Yang

Chaleureuse

Hardie

Obscure


Quand : hyer (ou Mercrehy ?)

Où : à Rome


A la réflexion, le parc n’était pas si désert que ça. Ah bien sûr, il n’y avait pas foule pour autant, mais de proche en proche, on finissait par deviner des petits groupes voire des individus
isolés.

Pour tout dire, c’est l’humanité même qui se trouvait là : près du point d’eau la mère dont le regard couvait le petit trésor caché dans son landeau, sur les pelouses interdites au public un
groupe de joyeux bambins jouant à la balle, cachés derrière un tronc à peine assez large un couple d’adolescents bécoteurs, dans les allées des joggueurs solitaires, et enfin, de bancs en bancs,
des vieillards endormis. Du plus jeune au plus vieux, de l’alpha à l'oméga.

Et lui bien sûr, ne sachant pas trop ce qu’il faisait là. Enfin si, d’ailleurs il cherchait quelqu’un. Mais quand vous n’avez pour seule indication que ‘Mère Jérycho dans le parc’, eh bien la
tâche n’est pas aisée.

Il fit marcher son cerveau : comment la trouver, comment la reconnaître ? En procédant par élimination, peut-être ?

Et puis d’un coup, il sut que c’était elle, sans le moindre doute. Elle oscillait entre deux ages, ne s’étant pas encore décidée entre l’automne et l’hiver. Il pensa : “une main de fer dans un
gant de velours” sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être le port assuré, la coupe presque militaire... Ou autre chose, allez savoir. Il fallait qu’il se lance.

“- Mère Jérycho ? demanda-t-il d’un ton mal assuré.

- Oui mon garçon, c’est bien moi.”

On n’avait pas dû l’appeler “mon garçon” depuis bien 30 ans.

“- Je... j’ai eu du mal à vous trouver. Il se rendait compte qu’il ne savait pas trop quoi lui dire.

“- Tu t’attendais à ce que je ressemble au Pape ? demanda-t-elle. Ceux qui doivent me trouver finissent toujours par me trouver, c’est aussi simple que ça.”

Elle s’assit sur un banc et d’un geste simple l’invita à le rejoindre.

“Que t’arrive-t-il mon enfant ?

- Je ne sais plus où j’en suis... Je crois que je suis perdu.”

Que c’était mièvre, mais c’était pourtant la façon la plus honnête de résumer la situation. Il s’apprêtait à détailler quand la Mère bondit tel un diable hors de sa boite.

Avait-il dit quelque chose de mal ? En fait il comprit au bout de quelques secondes. Elle se dirigeait d’un pas inquisiteur vers un adolescent qui s’amusait à terroriser le petit groupe de
bambins footballeurs. Elle lui asséna une taloche, qui tomba aussi forte que l’épée de Saint Michel.

L’adolescent, quoique groggy, cherchait quelque chose dans la poche de son jogging quand il croisa le regard de la Mère.

Aurait-il vu Dieu le Père lui-même qu’il n’en aurait pas été plus effrayé. L’Attila des bacs à sable préféra se retirer quand il le pouvait encore.

à pas lents, la Mère revient jusqu&rsq